v’la le temps des cerises …

Quand nous en serons au temps des cerises
Et gai rossignol et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux du soleil au cœur
Quand nous chanterons le temps des cerises
Sifflera bien mieux le merle moqueur…

P10100881.JPG merle.jpg P10100871.JPG
ah ha… je t’ai surpris à chantonner…. vas y continue.. ;-)

voudrais tu la deuxième strophe ?
Bernard

Le temps des cerises

Paroles: Jean-Baptiste Clément. Musique: A. Renard 1867
autres interprètes: Fred Gouin, André Dassary, Suzy Delair, Jean Lumière, Tino Rossi, Yves Montand, Nana Mouskouri, Colette Renard, Patrick Bruel (2002)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à v’la le temps des cerises …

  1. mfrance dit :

    Jolie photo qui prouve qu’en Alsace, il y a des cerises et qui rappelle des souvenirs de boucles d’oreilles bon marché et tout à fait indolores. Mais qui a mangé le plus de cerises? Bernadette, Valentin à qui je souhaite un bon anniversaire, Nicolas ( bon anniversaire aussi) qui n’apparaît pas sur la photo, ou encore le merle? A moins que ce ne soit le photographe !!!
    Pour un petit rappel historique, tu peux nous mettre le second couplet. Bonne dégustation en tout cas.

  2. Bernard dit :

    et voila…

    Quand nous chanterons le temps des cerises
    Et gai rossignol et merle moqueur
    Seront tous en fête …
    Les belles auront la folie en tête
    Et les amoureux du soleil au cœur
    Quand nous chanterons le temps des cerises
    Sifflera bien mieux le merle moqueur

    Mais il est bien court le temps des cerises
    Où l’on s’en va deux cueillir en rêvant
    Des pendants d’oreille …
    Cerises d’amour aux robes pareilles
    Tombant sur la feuille en gouttes de sang
    Mais il est bien court le temps des cerises
    Pendants de corail qu’on cueille en rêvant

    Quand vous en serez au temps des cerises
    Si vous avez peur des chagrins d’amour
    Evitez les belles …
    Moi qui ne crains pas les peines cruelles
    Je ne vivrai point sans souffrir un jour
    Quand vous en serez au temps des cerises
    Vous aurez aussi vos peines d’amour

    J’aimerai toujours le temps des cerises
    C’est de ce temps là que je garde au cœur
    Une plaie ouverte …
    Et Dame Fortune, en m’étant offerte
    Ne pourra jamais fermer ma douleur
    J’aimerai toujours le temps des cerises
    Et le souvenir que je garde au cœur

    C’est en 1866 que le chansonnier et révolutionnaire Jean-Baptiste Clément écrit les paroles de la future romance Le Temps des Cerises. Né le 31 mai 1837 à Boulogne-sur-Seine, dans la région parisienne, ce fils d’un riche meunier avait rompu avec sa famille et gagna sa vie dès l’âge de 14 ans comme ouvrier monteur en bronze. Par la suite, il exerça divers métiers (marchand de vins, terrassier, journaliste) et s’installa Butte Montmartre à Paris. Militant pour la république, il connut très tôt les prisons impériales sous Napoléon III.

Laisser un commentaire