Pensées du jour…

* pour ceux qui bossent : comment allez-vous ?

* pour ceux qui lézardent : comment hâler-vous ?

* pour les céréaliers : comment taller **-vous ?

* pour les mariniers : comment haler vous ?

canal le chesne.JPG

** moi je « talle » bien et je suis en vacances …. :-)

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Pensées du jour…

  1. mfrance dit :

    Bernard, pour les arboriculteurs, on espère qu’ils ne talent pas!
    Peux-tu préciser de quand date cette photo du canal et dans quel sens elle est prise? En tous les cas , à cette époque, il y avait du trafic de céréales ou autres produits sur le canal. Aujourd’hui, on y voit surtout des plaisantiers hollandais ou belges qui visitent la région par les voies navigables.

  2. Bernard dit :

    Les arboriculteurs qui ont du talent, ne devraient pas avoir de fruits qui talent ..!
    j’espere que Fity suit toutes les subtilités de la langue de Molière…

  3. Bernard dit :

    Cette photo daterait des années 1930????
    Entree nord du Chesne ???
    J’ai oublié de mentionner les sources, je sens que « les profs dhistoire »(drôlement discrètes, bien qu’interpellées .. me font de gros yeux. :-( )
    Elle est tirée du site de :

    L’ARDENNAIS DE NULLE PART
    Jean-Paul Closquinet > Roman autobiographique
     


    Palmarès
       
    Communauté(s) :

    Genre : Roman autobiographique

    Public(s) : tout public

    N°ISBN : 2-7481-3994-1

    Présentation
    Le récit autobiographique des vacances d’un jeune gamin parisien qui part en train à vapeur pour l’été 1962 dans un village, berceau de toute sa famille : Le Chesne. Après le bitume des trottoirs : la ferme, les souvenirs de la guerre et les aventures avec une bande de gamins qui n’ont pas froid aux yeux. Mais aussi, des relations familiales tendues autour d’une grand-mère paternelle aigrie et irascible…

    Citation

     » Ça y était, il m’avait vu, j’agitais les bras dans tous les sens comme un forcené. Quel bonheur!
    Je l’embrassais avec, dans la voix, un gigantesque “PÉPÈRE!”. À son contact je redécouvrais l’odeur de tabac de sa moustache et ce mélange d’humanité et de campagne qu’il dégageait…
    Sur la place de la gare, seulement quelques voitures. Mon grand-père s’était garé sur le bord de la place à l’ombre d’un grand arbre. Ce qui me frappait toujours chez lui, c’était sa manière d’être : il était présent et occupait sa place… Moi pour qui la vie consistait essentiellement, de par un sévère dressage familial, à prendre le moins de place possible et surtout à tenter désespérément de déranger le moins possible, je l’admirais. « 
    Voter pour un extrait
  4. Cricri dit :

    Je crois tout simplement que les profs d’histoire (je parle pour moi !!! je n’oserais m’exprimer au nom de ma collègue-cousine!) sont largués…!!!!! Peut être que Fity pourrait m’expliquer…???!!!!!!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.