Juste un peu d’anticipation….

Un jour de Mai 2012, un vieux Monsieur est assis sur un banc du parc, face à la grille du Palais de l’Élysée. Après quelques minutes, il se lève et va voir le Garde Républicain :
« Bonjour monsieur, j’aimerais visiter l’Élysée et rencontrer le président Nicolas Sarkozy ».

Le Garde Républicain lui répond :
«Monsieur Sarkozy n’est plus président et il n’habite plus ici !».

Le vieux Monsieur s’en va sans dire un mot…

Le lendemain le vieux Monsieur est encore assis sur le banc du parc… il se lève, va voir le Garde Républicain et lui dit :
« Je veux visiter l’Élysée et rencontrer le président Nicolas Sarkozy ».

Le garde lui dit :
« Monsieur Sarkozy n’est plus président et il n’habite plus ici !».

Le vieux Monsieur s’en va sans dire un mot…

Pour une troisième journée consécutive le vieux Monsieur est assis sur le même banc du parc et regarde toujours l’Élysée. Il se lève enfin et va voir le Garde Républicain et lui dit à nouveau :
« J\’aimerais visiter l’Élysée et rencontrer le président Nicolas Sarkozy ».

Le pauvre Garde Républicain est très embêté.
« Monsieur, ça fait 3 jours que vous me demandez de rencontrer Monsieur Sarkozy et ça fait 3 jours que je vous dis que Monsieur Sarkozy n’est plus président et qu’il n’habite plus ici. Est-ce qu’il y a quelque chose que vous ne comprenez pas ? ».

« Non… Non, dit le vieux Monsieur, c’est juste que ça me fait tellement plaisir de l’entendre dire ».

Alors le Garde Républicain se met au garde-à-vous, le salue et lui dit :
« A demain, Monsieur ! »


Publié dans Non classé | 4 commentaires

Nucléaire « la fuite ..en avant » oops…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Arrêtons la fuite..! en avant…!

Ici comme au Japon on a des « sushis » à se faire

Publié dans Non classé | Un commentaire

Encore pire que le « petit excité »

c’est tout dire .       :oops:

mais on a les élus que l’on mérite ..

alors

Publié dans Non classé | Un commentaire

Il est foutu…

Sarkozy est-il foutu?  ou fou tout court?

interrogeait il y a un an Marianne qui consacrait un gros dossier au président, histoire de fêter dignement sa troisième année à l’Elysée. Réponse des psys : depuis 2007, son cas ne s’est pas arrangé !

je ne vois pourquoi une des hypothèses excluerait l’autre  :bing:

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

LE CYNISME des MARCHANDS de CANON et de DASSAULT « l’ami de 30 ans »

Si vous pensez que si sarko fait la guerre, c’est par altruisme, je vous rassure, vous vous êtes trompés… Non seulement il y a le pétrole libyen, mais il y a aussi les canons du mécène de l’UMP, l’ami Dassault. Sarko aura en effet besoin de ses sous pour la campagne de 2012. L’article est extrait de BOURSORAMA, filiale de la SG.

La Libye, potentielle planche de salut commercial du Rafale:

Les frappes aériennes en Libye offrent à l’avion de combat Rafale une opportunité inattendue de faire la démonstration de son efficacité, au moment où son fabricant français Dassault tente de convaincre plusieurs acheteurs étrangers, selon des experts. Samedi, huit appareils se sont élancés dans le ciel libyen pour mettre en place une zone d’exclusion aérienne destinée à protéger les populations civiles. Dimanche, ils étaient six. Tous ont effectué des missions de reconnaissance et/ou de « strike » (combat). Huit autres appareils sont en outre actuellement embarqués sur le porte-avions français, le Charles-de-Gaulle. La Libye « peut être une façon de faire de la publicité au Rafale grâce à un retour d’expérience au combat », résume Jean-Pierre Maulny, directeur adjoint de l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) chargé des questions de défense et de sécurité. « Le Rafale est certes déjà engagé en Afghanistan, mais ce conflit n’est pas populaire. Les industriels hésitent donc à communiquer sur leurs matériels », dit-il. Début février, le PDG de Dassault Aviation, Charles Edelstenne, avait déclaré que le Rafale avait des chances d’être exporté dans huit pays. L’appareil est notamment en lice au Brésil contre le F-18 de l’américain Boeing et le Gripen du suédois Saab. Mais le contrat, présenté, fin 2009, comme acquis par la présidence française, n’a jamais été signé. La France négocie parallèlement depuis 2008 avec les Emirats Arabes Unis la vente de 60 exemplaires. L’avion de chasse a en outre été proposé à l’Inde, le Koweït, la Suisse, la Grèce et même… à la Libye. Dans ces négociations jusqu’alors infructueuses, l’intervention en Libye « va nous aider à le vendre », estime un responsable français sous couvert d’anonymat. « Un conflit permet de démontrer véritablement les capacités d’un appareil (…) De ce point de vue, la Libye représente une vitrine technologique », commente Christophe Ménard, analyste chez Kepler Capital Markets. Selon lui, c’est un test grandeur nature qui « permet d’ajouter des galons sur le tableau de guerre de l’avion, à condition qu’il n’y ait pas de perte d’appareil ». Mieux, les Français étant amenés à travailler avec les Qatari, il est plus facile de convaincre les potentiels acheteurs, ajoutent les deux experts. « Un avion de combat n’est jamais mieux vendu que lorsqu’il a été confirmé +apte au combat+. Le plus bel exemple est le Mirage 3, qui, après la guerre des Six jours (juin 1967, ndlr), avait montré une telle capacité qu’il est devenu un best seller mondial », rappelle une source proche de Dassault Aviation. Elle souligne qu’en Libye, la configuration est un peu différente, dans la mesure où le Rafale ne fait pas face à un avion du même niveau. « Mais le simple fait que l’avion soit entré dans la zone aérienne libyenne dès samedi, sans qu’il y ait eu de bombardements préalables de toutes les défenses anti-aériennes libyennes, montre à tous ceux qui s’intéressent à cet avion, la confiance dans les capacités de cet appareil », fait valoir cette source. A terme, le Rafale, dit « omnirôles », est destiné à remplacer sept types d’avions à lui tout seul. « Cette polyvalence est décisive pour l’armée qui l’emploie », insiste Stéphane Fort, porte-parole de Dassault Aviation. « Avec le Rafale, un état-major peut choisir de lancer une opération de reconnaissance, de combat aérien ou de bombardement alors que l’avion est déjà en vol. Il dispose d’une extrême souplesse ». Le F-18 est lui aussi multirôles mais il ne peut être configuré que pour l’une des missions à la fois, et ce, avant son décollage.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire